AUSTRAL-10/01/12-Salisbury plain-Baie Fortuna

Posté le jeudi 12 janvier 2012

par Alain Bidart

Ce matin nous sommes en Géorgie du Sud. Le ciel est couvert, mais la mer est très belle, il ne pleut pas et il n’y a pas de vent. Une très belle journée commence.

L’Austral pénètre dans une large baie, et se dirige vers une longue plage : Salisbury Plain. Une fois le navire à l’encre, les naturalistes partent en reconnaissance en zodiac, pour trouver le meilleur site de débarquement. Puis, c’est le moment pour les passagers de monter à leur tour dans les zodiacs. Sur la plage, nous sommes accueillis par Nicolas… et par un grand nombre d’Otaries à fourrure. Elles sont toutes en groupes, formés chacun d’un mâle, de quatre ou cinq femelles et d’autant de jeunes. Les petits sont vraiment adorables, par contre les mâles sont agressifs et il serait très aventureux de trop s’en approcher. Sur cette plage, il y a aussi des Pétrels géants, des skuas, mais surtout des Manchots royaux partout.

Chacun d’entre nous marche à son rythme, s’arrêtant pour observer et photographier les animaux, les paysages. Le site est une immense plaine fermée pas des montagnes d’où descendent deux glaciers.

Les naturalistes nous guident vers la manchotière, où on peut observer de gros poussins couverts d’un duvet brun, mais aussi des adultes qui couvent leur œuf sur les pattes. La concentration de manchots est vraiment énorme : 60 000 couples de Manchots royaux se reproduisent à Salisbury plain (deuxième plus grande colonie de Géorgie du Sud) ! Il faut le voir pour le croire, même les meilleurs documentaires de la télévision ne préparent pas au spectacle incroyable d’une colonie de Manchots royaux !

Durant le déjeuner, le bateau se déplace et en début d’après midi nous entrons dans la baie Fortuna. Les passagers se séparent alors en deux groupes.

L’un part pour une balade sur un beau site, Whistle Cove, où, d’un promontoire, on observe une colonie de Manchots royaux. Sur le chemin, on croise une jeune Otarie à fourrure entièrement  blanche (une forme dite « Isabelle »), de nombreux manchots qui muent les pattes dans l’eau des rivières de fonte des glaciers environnants, et un groupe de rennes. Ces cervidés ont été introduits en Géorgie du Sud  pour nourrir les baleiniers.

L’autre groupe part pour la « marche de Shackleton », dans les traces du fameux explorateur.  Cette marche plus longue et plus difficile, permet de refaire les derniers kilomètres de la traversée que Sir Ernest Shackleton et ses deux compagnons avait réalisée en 1916. Cette marche est l’occasion de voir l’intérieur montagneux de l’île. La montée est rude, mais très belle, on passe à côté d’un lac d’altitude avant d’atteindre un col dans le brouillard. La descente est raide, mais elle débouche sur une belle plaine verte. La balade se termine à l’ancienne station baleinière Stromness. C’est là que Shackleton avait finalement trouvé du secours.  C’est là que L’Austral nous attend pour réembarquer.

 

 

Mots-clefs :

Les commentaires sont fermes.

Copyright © PONANT. Tous droits réservés.