LE BOREAL Dimanche 14 juillet 2013 Hornsund (Spitzberg)

Posté le vendredi 19 juillet 2013

Photo 1 Blog le Boreal 14-07-2013

Photo 2 Blog Le Boreal 14-07-2013

Par Francis Boudreau

C’est sous un soleil radieux et un ciel bleu azur que nous abordons le Spitzberg, l’île aux montagnes pointues. Nous pénétrons jusqu’au fond du fjord Hornsund, situé à la pointe sud-ouest de l’île, après l’avoir côtoyé dans toute sa splendeur. Il est 5 h 30. Quelle chance et quel fabuleux rendez-vous pour ce matin du 14 juillet ! Car aujourd’hui est un grand jour : trois sorties dans la même journée sont prévues dans ce fabuleux fjord, situé dans le parc national de Nordvest-Spitsbergen.

Dès 5 h 30, les naturalistes sont à l’œuvre pour repérer les merveilles à nous offrir en amuse-bouche lors du premier débarquement prévu pour 7 h. Nous débarquons en zodiac sur une plage, au pied de falaises abruptes qui nourrissent d’imposants talus d’éboulis générés par les nombreux cycles de gel et de dégel : une caractéristique importante des régions polaires. L’euphorie nous gagne : la table est bien garnie avec une toundra de mousses verdoyantes ponctuée des quatre espèces de saxifrages les plus communes de l’Arctique, en pleine floraison. De plus, une belle population de saules arctiques est présente; c’est le plus petit saule au monde ! Nous découvrons enfin la toundra, après en avoir entendu parler en conférence. En bord de mer, des bernaches nonettes pataugent et se suivent comme une famille unie. Au pied des falaises abruptes, tout en haut du talus d’éboulis, virevoltent les guillemots de Brünnich, les pétrels arctiques et les mouettes tridactyles sous un concert strident mais harmonieux de ces dernières. Du haut du talus, nous faisons une pause avant de regagner les zodiacs et contempler ce paysage de montagnes pointues, de falaises, de neige et de glaciers qui ceinturent le fond du fjord où Le Boréal s’est ancré. Que des sourires aux lèvres !

Dès 11 h 30, la deuxième sortie s’amorce. Deux convois de zodiacs se succèdent et voguent en marge du glacier Hornbreen, long de 10 kilomètres et haut de quelque 25 mètres, en forme de demi-lune : une véritable muraille blanche, teintée du bleu typique aux glaciers d’âge respectable. Ne se sent-on pas tout à coup petit, méditatif et redevable envers la nature devant ces glaciers arctiques qui ont cumulé un vécu de quelques 70 000 ans, peut-être plus encore ? Un phoque barbu nous regarde du coin de l’œil. Un essaim de mouettes tridactyles voltige et plonge fébrilement au-dessus d’une rivière sous-glaciaire. Puis on entend le crépitement des bulles d’air des blocs de glace détachés du glacier qui s’évanouissent lentement, comme pour saluer notre passage. Dès 15 h, une autre sortie dans la petite baie Gashamma commence. C’est là que nous découvrons des sols structurés, associés au climat périglaciaire ainsi que de nouvelles plantes. Nous approchons du doigt les secrets de l’Arctique. Ravis de l’organisation impeccable des sorties et des nouvelles connaissances acquises grâce à nos naturalistes, nous nous reposons un peu avant le dîner car notre Commandant nous invite à une soirée dansante endiablée, pour célébrer le 14 juillet au champagne. Un 14 juillet de rêve, inoubliable dans une vie !

 

 

Les commentaires sont fermes.

Copyright © PONANT. Tous droits réservés.