LE SOLEAL, 1er Decembre 2015, Jayapura, Indonesie

Posté le jeudi 10 décembre 2015

Photo1_Blog1erDec2015 Photo2_Blog1erDec2015

 

Par Christophe THEBAUD

 

En ce premier jour du mois de décembre, Le Soléal atterrit aux premières lueurs de l’aurore à Jayapura, capitale de la Papouasie occidentale coincée entre la frontière de l’Indonésie avec l’Etat de Papouasie-Nouvelle-Guinée et les Montagnes Cyclops, célèbres pour leur extraordinaire biodiversité. Nous découvrons une ville moderne, en plein développement, très semblable à bien d’autres villes d’Indonésie.

 

Une fois les formalités règlementaires effectuées, nous débarquons du Soléal et sommes accueillis par un groupe de Papous dont les sourires et la gentillesse vont nous accompagner toute la journée. Après une brève cérémonie de bienvenue, nous montons dans des bus locaux et traversons Jayapura en moins de trente minutes pour atteindre le Musée Loka Budaya. Ce musée renferme de véritables trésors de l’art papou. C’est avec beaucoup d’émotion que nous découvrons au fil de la visite le talent exceptionnel des artistes anonymes qui ont réalisé ces œuvres magnifiques dont la signification nous échappe mais qui illustrent de façon magistrale la plénitude du contact des sociétés papoues avec le monde.

 

Nous reprenons les bus en direction du Lac Sentani, un lac de 25km de long sur les berges duquel le Général Mac Arthur installa son quartier général pendant la Seconde Guerre Mondiale. Des pirogues nous emmènent au village d’Assey, au milieu du lac, pour une rencontre étonnante, mélange d’incompréhension et de fascination, avec ses habitants. Au-delà de la découverte des rites et de l’art papous, ce sont surtout les échanges de regards entre « eux » et « nous », la découverte de leurs conditions de vie difficiles, les difficultés qu’ils éprouvent à échapper à une occidentalisation aux conséquences imprévisibles, qui occuperont nos esprits pour le reste de la journée. Nous quittons Jayapura en début d’après-midi, cap à l’est en direction de l’estuaire de la rivière Sépik que nous atteindrons le lendemain vers midi. La journée se poursuit avec deux conférences délivrées par nos naturalistes ; Christophe, tout d’abord, nous raconte l’épopée des oiseaux qui peuplent aujourd’hui la Nouvelle-Guinée et nous démontre l’importance de la biodiversité de cette région magnifique à l’échelle planétaire ; Sophie, ensuite, nous captive avec l’histoire de l’Indonésie de 1800 à nos jours, dont la connaissance nous permettra de mieux comprendre ce pays complexe et si diversifié. Au final, encore une journée mémorable à maints égards.

 

 

 

Les commentaires sont fermes.

Copyright © PONANT. Tous droits réservés.